Pour en faire
de meilleurs citoyens…

Le programme Réinsertion sociale,
pour dessiner leur avenir…

À l’aube de réintégrer la société, les participants suivent ce programme d’hébergement transitoire afin de développer une motivation qui leur permettra d’améliorer leur rapport avec la collectivité.

Concrètement, cet objectif se traduit par une meilleure prise en charge personnelle, par la responsabilisation et par l’augmentation des habiletés sociales. Il favorise ainsi la réintégration professionnelle et/ou le retour aux études.

Clientèle visée

  • Hommes adultes possédant un casier judiciaire et nécessitant un support assidu de même qu’une intervention axée sur l’acquisition d’habiletés sociales de base afin de leur permettre de réintégrer la communauté en Chaudière-Appalaches.
  • Hommes référés par le Service correctionnel du Canada nécessitant un support assidu et une intervention axée sur l’acquisition d’habiletés psychosociales de base afin de leur permettre de réintégrer la société.

Notre approche

  • Suivi psychosocial individuel
  • Ateliers de groupe
  • Référence et orientation
  • Possibilité pour la clientèle sous juridiction fédérale de faire un projet communautaire

Durée

  • La durée du programme de réinsertion sociale varie en fonction du profil de la clientèle admise et en fonction des modalités légales de remise en liberté du participant.
    À la base, il oscillera entre une période de 1 à 6 mois ou de 4 à 6 mois.

Coûts

  • Les coûts d’hébergement pour les travailleurs sont d’un maximum de 103.50 $ par semaine.
Communiquez avec nous pour plus d’informations !

Des employeurs qui croient en nos participants

« Tout comme la plupart des entreprises beauceronnes, à la charcuterie Le Pied de Cochon, nous sommes ouverts à offrir un emploi stable aux participants du CRC Beauce. En tenant compte de leurs habiletés et de leurs intérêts, nous leur donnons le maximum pour les aider dans leur processus de réinsertion professionnelle. Bien que le succès de cette démarche passe par la volonté des participants à vouloir réellement s’en sortir, notre but est de leur offrir la possibilité d’avoir une vie normale »

Jean-Claude Pajot

Propriétaire
Charcuterie Le pied de Cochon